Garder son calme comme parent.

Posté le 23/05/2017

On a déjà parlé de gestion des émotions chez nos enfants. On a appris comment les accompagner dans leurs émotions. Maintenant, c’est le temps de voir comment nous, comme parent, nous pouvons gérer nos émotions faces aux crises de nos enfants.

Il existe 5 trucs pour y parvenir.

1-La colère est un choix.
La colère est un choix. Vous ne me croyez pas? Vos réactions ne sont pas les mêmes tout selon l’état dans lequel vous êtes. En effet, nous ne réagissons pas de la même manière pour les mêmes événements. Le verre de lait renversé n’aura pas le même impact sur nous le samedi matin que le lundi matin. Cela explique nous réagissons différemment selon les circonstances. Nous avons un choix quant à nos réactions. Il faut donc reprendre le contrôle et reconnaître que ce n’est pas nos enfants qui nous font fâchés mais bien Nous qui choisissons de réagir par la colère. C’est nous qui avons le choix et le pouvoir sur nos émotions.

2-Reconnaître notre colère.
Il est important de reconnaître les signes que nous envoie notre corps lorsque nous nous sommes en colère. Lorsque ma mâchoire est crispée cela signifie que mon niveau de colère est en train de m’envahir. Il faut identifier quelles situations nous fait vivre le plus d’émotion. Cela peut aussi nous aider quand vient le temps d’intervenir. En reconnaissant les signes de notre colère, nous pourrons nous retirer au bon moment.

3-Prendre le temps de comprendre la situation.
Lorsque notre enfant fait une crise, il faut comprendre que la manifestation de sa colère n’est pas envers nous, mais manifeste un malaise qu’il ressent. Si on se sent trop impliqué, on ne pourra pas intervenir adéquatement. Il est important, dans ces circonstances de prendre du recul, pour comprendre ce qui vient tant nous chercher dans cette colère. Comment réagirions-nous si cela arrivait à une amie? Parfois, ça réveille de vieilles blessures! Comprendre la situation est une des clés!

4-Comment on se calme (RRR)?
Quand la crise arrive, rappelez-vous la méthode des 3 R. Recule, Respire, Réagit. Devant une crise de notre enfant, une énorme bêtise qu’il a pu faire, une réplique qu’on a mal reçue lorsqu’on sent qu’on s’emballe, on développe comme réflexe de RECULER.

En effet, il faut se retirer de la situation, prendre le temps de faire une pause et de RESPIRER pour mieux reprendre nos esprits. Comprendre la situation nous permettra de rationaliser et de choisir entre RÉAGIR ou INTERVENIR. Une fois que nous nous sommes calmés, que nous avons compris la situation et que nous avons CHOISI comment nous allons réagir, nous pouvons maintenant mettre nos interventions en application. Si nous respectons les 3R, nous éviterons de nous mettre les pieds dans les plats et d’être déçu de nous comme parent.

5-Reconnaître si on a été trop loin.
Ça peut arriver qu’on aille trop loin sous le coup de l’émotion. L’important est de reconnaître nos torts. Nous devenons ainsi un modèle pour les enfants.

Apprendre à s’excuser ça fait aussi partie de la vie, ça s’apprend! De excuses sincères font en sorte que notre enfant comprend qu’on a droit à l’erreur dans la vie et que si jamais il en fait une, et qu’il l’avoue, les gens seront prêts à l’entendre et à lui pardonner.

Prenez soin de vous comme parent. Si vous êtes complètement débordé, irrité, si vous n’avez plus le temps de prendre 5 minutes pour vous, c’est certain que votre patience en prendra un coup. Prendre 2 minutes avant de poser une action fait tout la différence. C’est la différence entre la réaction et l’intervention. On regrette rarement les interventions mais souvent les réactions!