L'importance de la cohérence parentale

Posté le 23/05/2017

La cohérence parentale fait partie de la clé du succès en éducation, mais c’est souvent plus facile à dire qu’à appliquer!

On le sait, il y a souvent une différence entre ce que papa et maman disent. Les enfants sont des champions dans l’art de savoir à qui demander pour avoir une réponse positive à leur demande.

Aussi, si les interventions sont très différentes d’un parent à l’autre, ça peut devenir vraiment déstabilisant pour l’enfant.

Voici comment construire une équipe parentale solide :

1-Mettre la table. 
Premièrement, il est important de prendre un temps, entre parent, pour discuter de la couleur que nous voulons donner à notre famille. Quelles sont les valeurs et les règles qui sont importantes pour nous? Souvent, quand je vais à la maison comme intervenante, que je demande aux parents quelles sont les règles de la maison, il est vraiment difficile pour eux de me les nommer. Prenez le temps d’en discuter pour être sur la même longueur d’onde.

2-Code secret.
Quoi de plus irritant quand on est en intervention avec notre enfant et que l’autre parent interfère au beau milieu de ce qu’on est en train de dire. Plein de bonne volonté, ce dernier ne veut que nous aider mais ce comportement nous fait souvent vivre beaucoup de frustration et nous irrite, car il est souvent synonyme pour nous de manque de confiance en nos capacités d’interventions. L’inverse est aussi vrai, quand un parent voudrait bien avoir le soutien de l’autre parent, mais ce dernier ne capte pas ce besoin. Alors que pouvons-nous faire? Créons-nous un code secret. Il doit être connu de la part des deux parents et employé dans le cas de demande de soutien. Ça peut être un regard, une partie qu’on touche (oreille, nez…), etc.

3-Communication 101.
Le pire pour un parent est de se faire dénigrer ou de faire critiquer une de nos interventions devant nos enfants. De grâce, pas devant les enfants! En plus de nous discréditer, ça ouvre la porte au clivage (formation de clan). Si nous ne sommes pas d’accord avec l’intervention de l’autre parent, nous pouvons lui faire notre code secret et reprendre la conversation plus tard, loin des oreilles des enfants. Aussi, si nous voulons parler de ce que nous avons vécu avec un enfant, une anecdote ou encore un incident qui serait arrivé durant la journée, le faire devant lui peut être très néfaste pour son estime de soi.

4-Préparez-vous.
La raison pour laquelle nous échouons habituellement nos interventions, c’est le manque de préparation. On a des procédures d’évacuations très bien structurées et connues de tous. Mais quand on parle de gestion des comportements, rien n’est dit d’avance, rien n’est prévu. On aurait tout intérêt à prévoir nos plans d’actions pour la gestion des différents défis de comportement de nos enfants. Si nous savons quelles interventions nous ferons dans les moments de débordement et que les deux parents sont d’accord, l’émotion nous envahirait moins et nous serions plus en contrôle!

5-Donnez-vous le droit à l’erreur.
Vous n’exigez pas à vos enfants d’être parfait alors, pourquoi vous l’exiger à vous? Je ne connais pas de mauvais parents, par contre, je connais des parents maladroits. Soyez indulgent avec vous surtout si pour une première fois, vous essayez de former une équipe parentale solide. Il y a fort à parier que vous éprouveriez certaines difficultés. Quand vous aurez l’impression d’avoir été moins adéquat, c’est le temps d’être compréhensif. Si c’est votre conjoint qui l’a été, c’est la même chose. Si vous voyez quelque chose dans son intervention qui n’était pas conforme au plan que vous vous étiez fixé à deux, attendez d’être seuls et vous pourrez en parler pour apporter des modifications au besoin. Souvenez-vous qu’être parent ça s’apprend!

La cohérence parentale est un incontournable pour le bon fonctionnement et l’harmonie familiale. Pour les parents qui sont monoparentales ou encore les familles recomposées, les principes sont aussi importants pour la cohérence.