Mon enfant me ment!

Posté le 23/05/2017

Une des choses qui me déstabilise le plus dans la vie en général c’est les mensonges.  Ce phénomène est bien présent chez les enfants, mais les motifs pour mentir sont bien différents chez les enfants que chez les adultes.  

Voici donc mon top 5 pour démystifier les mensonges chez les enfants.

 

1-Construire la relation.

Je ne le dirai jamais assez, plus la relation est solide entre nous et nos enfants, moins ils ressentiront le besoin de nous mentir. Si la relation est empreinte de confiance, de respect et d’écoute, peu importe la situation vécue par notre enfant, moins il aura besoin de modifier la réalité ou de l’enjoliver. Mais attention, ne remettez pas en cause la qualité de votre relation si votre enfant vous ment. Il y a plusieurs motifs qui peuvent pousser votre enfant à mentir.

 

2-Connaître les différentes raisons qui poussent un enfant à mentir.

Monde imaginaire: Les enfants ont beaucoup d’imagination. Il peut leur arriver de mentir pour enjoliver les réalités. Ces mensonges sont souvent aussi discrets qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine. On les voit venir tellement ils sont irréalistes.

Pour ne pas décevoir: Certains enfants mentent par peur de décevoir leurs parents. Ils pourront alors modifier la réalité de peur que cette dernière ne soit pas à la hauteur des attentes que nous avons d’eux.

Peur de se faire chicaner: Les enfants peuvent aussi mentir par peur de se faire gronder. Ils pourront mentir pour ne pas reconnaître leur culpabilité d’un geste qu’ils ont commis.

Pour s’opposer et faire réagir: Certains enfants aiment provoquer les réactions en inventant un mensonge. C’est une manière de s’opposer et de s’affirmer.

 

3-Faire prendre conscience de l’impact du mensonge.

L’enfant risque de se refermer s’il nous le faisons sentir coupable d’avoir menti. Sans le culpabiliser, il est important de faire prendre conscience, à notre enfant, de l’impact que peut avoir son mensonge. À cause de son mensonge, un autre enfant pourrait avoir une conséquence qui ne lui est pas destinée et cela peut aussi avoir un impact sur un adulte.

 

4-Conséquence moins grosse si l’enfant dit la vérité.

Une des bonnes interventions à faire quand l’enfant nous dit un mensonge est d’amoindrir sa conséquence. Quand un enfant choisis de nous dire la vérité, c’est qu’il se sent en confiance pour le faire, afin de garder ce lien de confiance évitons les grosses conséquences puisqu'il nous aura dit la vérité. Comme dans le dicton; faute avouée à moitié pardonnée!

 

5-(mon préféré) Félicitez l’enfant quand il dit la vérité.

Quand on voit que l’enfant nous dit la vérité même s’il trouve ça difficile ou encore qu’il se reprend d’un mensonge en nous disant la vérité, il est important de féliciter l’enfant de dire la vérité.

Les mensonges font parti de l’apprentissage de l’enfant. Notre réaction aura beaucoup d’influence sur la répétition ou non de ce comportement.

Il est essentiel de prendre le temps de comprendre ce qui se cache derrière le mensonge. Nous pourrions demander à un enfant qui nous a caché avoir mangé tous les biscuits : « Est-ce que ça se pourrais que tu aies eu envie de manger tous les biscuits en sachant que je ne voudrais pas? » « Est-ce que tu les as mangés en cachette?»

Plus nous serons en mesure d’en discuter ouvertement et sans débordement d’émotions, plus l’enfant ne développera pas le réflexe de mentir. N’oubliez pas, il y a une différence entre réagir et intervenir!